Imprimer

Télécharger

Rapports, études & analyses Épargne & prestataires

Les chiffres clés 2015 de la gestion d’actifs : le profil des sociétés de gestion

Publié le 8 août 2016

Les effectifs déclarés par l’ensemble des sociétés de gestion de portefeuille s’établissent à 15 931 personnes au 31 décembre 2015. Ce chiffre témoigne du dynamisme de l’industrie de la gestion d’actifs française qui continue de générer des emplois. Il atteste également de la pertinence du modèle économique français, place forte de la gestion financière mondiale avec un nombre de gérants financiers stable, dans un contexte économique difficile. Zoom sur le profil des sociétés de gestion.

Des effectifs toujours plus élevés: 15 931 emplois directs en 2015

Evolution de l'effectif agrégé et de la part des gérants financiers dans l'effectif agrégé

Source : AMF

Evolution de l'effectif agrégé et de la part des gérants financiers dans l'effectif agrégé entre 2007 et 2015
En 2007, l'effectif agrégé des sociétés de gestion était de 14859 dont 4309 gérants financiers soit 29,0 % des effectifs
En 2008, l'effectif agrégé des sociétés de gestion était de 15034 dont 4267 gérants financiers soit 28,4 % des effectifs
En 2009, l'effectif agrégé des sociétés de gestion était de 14852 dont 4156 gérants financiers soit 28,0 % des effectifs
En 2010, l'effectif agrégé des sociétés de gestion était de 14955 dont 4328 gérants financiers soit 28,9 % des effectifs
En 2011, l'effectif agrégé des sociétés de gestion était de 15452 dont 4419 gérants financiers soit 28,6 % des effectifs
En 2012, l'effectif agrégé des sociétés de gestion était de 15283 dont 4067 gérants financiers soit 26,6 % des effectifs
En 2013, l'effectif agrégé des sociétés de gestion était de 15028 dont 4189 gérants financiers soit 27,9 % des effectifs
En 2014, l'effectif agrégé des sociétés de gestion était de 15531 dont 4322 gérants financiers soit 27,8 % des effectifs
En 2015, l'effectif agrégé des sociétés de gestion était de 15931 dont 4347 gérants financiers soit 27,3 % des effectifs

Les effectifs (y compris les personnes détachées ou mises à disposition) déclarés par l’ensemble des sociétés de gestion de portefeuille s’établissent à 15 931 personnes au 31 décembre 2015, soit une augmentation de 2,6% par rapport à 2014. Cette croissance des effectifs s’explique par une hausse combinée des gérants mais aussi des effectifs hors gérants en 2015 (respectivement 0.6% et 3.3%). Dans la lignée des années précédentes, la part des gérants dans les effectifs totaux reste stable et s’établit à 27%. Toutefois, cette proportion varie en fonction de l’activité et de la taille des sociétés de gestion. En effet, les structures de taille plus importante internalisent les fonctions « support » (comptabilité, tâches administratives, fonction de contrôle, informatique etc.) contrairement à celles de taille plus réduite qui recourent à l’externalisation de ces tâches, se concentrant ainsi sur leur cœur de métier. Pour ces dernières, la proportion des gérants financiers dans l’effectif est donc plus importante.

La gestion d’actifs reste une industrie très concentrée en termes d’effectifs. En effet, les 30 sociétés les plus importantes en termes de nombre de salariés regroupent 49,7 % des effectifs du secteur. Cependant, la majorité des sociétés de gestion de portefeuille (75,8%) ont un effectif inférieur à 20 personnes, ce qui s’explique par le nombre important de sociétés de gestion entrepreneuriales dans cette industrie.

A noter également que les sociétés de gestion de portefeuille françaises génèrent aussi des emplois auprès de prestataires, puisque comme indiqué, ces dernières externalisent certaines fonctions liées à leur activité.

Zoom sur… les acteurs de l’industrie de la gestion d’actifs

L’industrie de la gestion d’actifs se caractérise par une multitude d’acteurs aux caractéristiques variées : des sociétés entrepreneuriales développant des stratégies de niche ou techniques, des sociétés filiales d’établissements de crédit, des sociétés filiales d’entreprises d’assurance ou de mutuelles, des sociétés filiales de prestataires de service d’investissement ou encore des sociétés de droit public. Toutefois, cette industrie est fortement concentrée puisque les 20 premières sociétés en termes d’encours gèrent 75,2% des encours totaux.

Répartition des parts de marché des sociétés de gestion selon leur actionnariat en 2015Source : AMF

Répartition des parts de marché des sociétés de gestion selon leur actionnariat en 2015
Pour les personnes physiques, la part de marché est de 65,0% pour une répartition des encours de 6,3%
Pour les établissements de crédit, la part de marché est de 18,0% pour une répartition des encours de 63,9%
Pour les "Autres", la part de marché est de 17,0% pour une répartition des encours de 29,8 % 

Les sociétés de gestion filiales d’établissements de crédit

Elles représentent 18% de la population des sociétés de gestion françaises et gèrent 2 209 milliards d’euros soit 63,9% des encours totaux sous gestion. Ces chiffres montrent l’importance de ce type d’actionnariat en part de marché dans l’industrie de la gestion d’actifs. On remarque, en 2015, une stabilisation du nombre des sociétés filiales d’établissements de crédit après plusieurs années de baisse (-7,5% en moyenne sur la période 2008-2013) et une hausse en 2014 (+8%). En effet, la restructuration de ces établissements dans le but de rationaliser leurs ressources semble avoir atteint un palier. Les encours de ces sociétés sont très concentrés : les 3 sociétés de gestion filiales d’établissements de crédit les plus importantes concentrent 53,5% des encours gérés par cette catégorie.

Les sociétés de gestion entrepreneuriales

En 2015, les sociétés de gestion entrepreneuriales représentent 65% de la population totale des sociétés de gestion françaises, soit la grande majorité de ces dernières. La proéminence de cette catégorie de sociétés de gestion est une caractéristique de la gestion d’actifs française. Ces sociétés sont spécialisées sur plusieurs types de gestion : la gestion privée, la gestion alternative, la multigestion, l’immobilier ou le capital investissement. Elles ont un profil de gestion « de niche/technique » qui leur permet d’attirer des investisseurs institutionnels. En 2015, le nombre de sociétés de gestion entrepreneuriales est stable (-0,3% par rapport à 2014), une première depuis 2008. A fin 2015, ces sociétés gèrent 217 milliards d’euros, soit 6,3% des encours totaux sous gestion. Leur part de marché a légèrement baissé en 2015 (-1%) par rapport à 2014.

Les autres sociétés de gestion

Cette catégorie regroupe les sociétés de gestion filiales d’entreprises d’assurances et de mutuelles, de prestataires de service d’investissement et de sociétés de droit public.

Le nombre de sociétés de gestion détenues par les entreprises d’assurances et les mutuelles a augmenté de 3% par rapport à 2014. Ces sociétés représentent 6% de l’ensemble des acteurs de l’industrie et gèrent 821 milliards d’euros soit 23,7% des encours totaux sous gestion (-8% par rapport à 2014). Ce type d’actionnariat reste le deuxième plus important en termes d’encours gérés après les sociétés filiales d’établissements de crédit, la majeure partie de ces encours représentant toutefois l’actif général de leur maison mère.
Les sociétés de gestion détenues par les prestataires de service d’investissement qui représentent 9% des acteurs de la place, cumulent quant à elles 28 milliards d’euros d’encours sous gestion (soit 0,8% des encours totaux). En 2015, leurs encours ont progressé de 17% par rapport à 2014. On observe également une augmentation du nombre de ces sociétés (+4% en 2015). Cette augmentation s’explique notamment par l’acquisition de certaines sociétés de gestion entrepreneuriales par des prestataires de services d’investissement marchés afin de diversifier leur activité.

Enfin, les sociétés de droit public représentent en 2015, 3% de l’ensemble des sociétés de gestion. A cette même date, ces sociétés voient leurs parts de marché augmenter de 2% par rapport à 2014 pour atteindre 5,3% des actifs totaux gérés (183 milliards d’euros).

Taux de croissance du nombre de sociétés de gestion de portefeuille par type d'actionnariatSource : AMF

Taux de croissance du nombre de sociétés de gestion de portefeuille par type d'actionnariat
En 2008, environ 0% pour les personnes physiques, environ -2,5% pour les établissements de crédit et environ 7,5% pour les Autres
En 2009, environ 6,0% pour les personnes physiques, environ -6,0% pour les établissements de crédit et environ 0,0% pour les Autres
En 2010, environ 11,0% pour les personnes physiques, environ -6,0% pour les établissements de crédit et environ 0,0% pour les Autres
En 2011, environ 5,0% pour les personnes physiques, environ -12,5% pour les établissements de crédit et environ 18% pour les Autres
En 2012, environ 5,0% pour les personnes physiques, environ -6,0% pour les établissements de crédit et environ 0,5% pour les Autres
En 2013, environ 2,5% pour les personnes physiques, environ -10,0% pour les établissements de crédit et environ 2,5% pour les Autres
En 2014, environ 5,0% pour les personnes physiques, environ 8,0% pour les établissements de crédit et environ 7,5% pour les Autres
En 2015, environ 0% pour les personnes physiques, environ 0,5% pour les établissements de crédit et environ 5,0% pour les Autres

Zoom sur… l’actionnariat des sociétés de gestion de portefeuille

L’analyse de l’actionnariat permet d’identifier des profils très différenciés dans le paysage des sociétés de gestion de portefeuille.

Les acteurs de l’industrie de la gestion d’actifs en fonction des encours gérés et de leurs effectifsSource : AMF

Le graphique ci-dessus présente les acteurs de la gestion d’actifs en fonction des encours gérés et de leurs effectifs. Sans surprise, on constate que plus les encours gérés sont importants, plus les effectifs s’accroissent également. En outre, il permet de distinguer les acteurs de l’industrie de la gestion d’actifs en fonction notamment de leur type d’actionnariat. On peut noter que :

  • 65,9% des SGP françaises gèrent moins de 500 millions d’euros et ont un effectif inférieur à 50 salariés ;
  • 79,9% des sociétés ont moins de 25 salariés, ce qui atteste de la proéminence des TPE dans l’industrie;
  • En s’intéressant à la médiane des encours par effectif, d’importantes disparités émergent selon l’actionnariat : en effet, les sociétés de gestion entrepreneuriales gèrent 17,1 millions d’euros par salarié contre 77, 4 millions d’euros par salarié pour les sociétés détenues par les établissements de crédit. Le ratio encours/effectif pour les autres catégories de sociétés s’élève à 33,6 millions d’euros par salarié. Cette dernière catégorie comprend les entreprises d’assurances qui ont un modèle similaire à celui des filiales d’établissements de crédit, bénéficiant de la mutualisation des moyens au niveau du groupe auxquelles elles appartiennent d’où leur ratio encours/effectif plus élevé.

En analysant plus finement les sociétés de gestion ayant un effectif inférieur à 50 salariés, on peut voir que 63,9% de ces dernières sont des sociétés de gestion entrepreneuriales qui gèrent en moyenne 340 millions d’euros. Ces sociétés de gestion entrepreneuriales se positionnent sur des créneaux bien précis et disposent d’une expertise pour certains types de gestion. On retrouve également dans cette catégorie, certaines sociétés filiales d’entreprises d’assurances et de mutuelles et d’établissement de crédit qui représentent 17,5% de cette population.

Les sociétés de gestion de portefeuille ayant un effectif supérieur à 100 personnes représentent 5,2% de la population totale. Parmi ces sociétés, on retrouve majoritairement les sociétés filiales d’établissement de crédit et d’entreprises d’assurance et de mutuelle. Ces sociétés leaders en termes de part de marché ont recours à l’exportation et commercialisent leurs produits auprès d’une clientèle internationale. On peut aussi retrouver dans cette catégorie, quelques sociétés de gestion entrepreneuriales qui ont su développer leurs activités à l’international en attirant les grands investisseurs institutionnels grâce à leur expertise et à l’innovation.

Il est également intéressant d’analyser spécifiquement les sociétés de gestion qui exercent une activité dans le domaine de la titrisation dans le cadre d’une gestion passive (achat de créances et émission d’obligations ou de parts ou actions représentatives de ces créances). En effet, ces dernières gèrent en moyenne 36 milliards d’euros et ont un effectif moyen de 18 personnes. Ces sociétés, filiales pour la plupart d’établissement de crédit, bénéficient des moyens humains mis à disposition par leur groupe.

Zoom sur… le reporting AIFM

Les données recueillies via les reporting AIFM (campagnes trimestrielles) nous renseignent sur la liquidité des FIA français en fonction des grandes classifications (hors monétaires).

Actions et obligations

Sur la base des données collectées, on peut observer au fil des reporting que les fonds actions et obligataires présentent une forte liquidité. On peut en effet remarquer pour ces fonds :

  • que la part des portefeuilles pouvant être liquidée en l’espace d’une journée est importante et se situe à plus de de 70% ;
  • et que cette proportion passe à 90% pour une liquidation en une semaine.

Liquidité moyenne pondérée des fonds actions

Source : AMF

Liquidité moyenne pondérée des fonds actions
Pour le 3ème trimestre 2014 : de 0 à 1 jour : 74, de 2 à 7 jours : 22, de 8 à 30 jours : 2, de 31 à 90 jours : 0,3, plus de 90 jours : 0,6
Pour le 4ème trimestre 2014 : de 0 à 1 jour : 73, de 2 à 7 jours : 23, de 8 à 30 jours : 2, de 31 à 90 jours : 1, plus de 90 jours : 0,7 
Pour le 1er trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 72, de 2 à 7 jours : 24, de 8 à 30 jours : 2, de 31 à 90 jours : 1, plus de 90 jours : 1
Pour le 2ème trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 72, de 2 à 7 jours : 23, de 8 à 30 jours : 2, de 31 à 90 jours : 1, plus de 90 jours : 0,6
Pour le 3ème trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 68, de 2 à 7 jours : 27, de 8 à 30 jours : 2, de 31 à 90 jours : 1, plus de 90 jours : 0,6
Pour le 4ème trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 71, de 2 à 7 jours : 25, de 8 à 30 jours : 2, de 31 à 90 jours : 1, plus de 90 jours : 0,6
Pour le 1er trimestre 2016 : de 0 à 1 jour : 76, de 2 à 7 jours : 20, de 8 à 30 jours : 2, de 31 à 90 jours : 1, plus de 90 jours : 0,6

 Liquidité moyenne pondérée des fonds obligataires

Source : AMF

Liquidité moyenne pondérée des fonds obligataires
Pour le 3ème trimestre 2014 : de 0 à 1 jour : 75, de 2 à 7 jours : 21, de 8 à 30 jours : 2, de 31 à 90 jours : 0,7, plus de 90 jours : 2
Pour le 4ème trimestre 2014 : de 0 à 1 jour : 65, de 2 à 7 jours : 24, de 8 à 30 jours : 6, de 31 à 90 jours : 3, plus de 90 jours : 2
Pour le 1er trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 66, de 2 à 7 jours : 24, de 8 à 30 jours : 6, de 31 à 90 jours : 2, plus de 90 jours : 2
Pour le 2ème trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 65, de 2 à 7 jours : 26, de 8 à 30 jours : 6, de 31 à 90 jours : 2, plus de 90 jours : 2
Pour le 3ème trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 62, de 2 à 7 jours : 27, de 8 à 30 jours : 7, de 31 à 90 jours : 2, plus de 90 jours : 2
Pour le 4ème trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 63, de 2 à 7 jours : 28, de 8 à 30 jours : 5, de 31 à 90 jours : 1,3, plus de 90 jours : 1,5
Pour le 1er trimestre 2016 : de 0 à 1 jour : 65, de 2 à 7 jours : 27, de 8 à 30 jours : 5, de 31 à 90 jours : 1, plus de 90 jours : 2

Multigestion

La liquidité des fonds de multigestion est très variable comme on peut on peut le voir sur le graphe ci-après. Cette situation s’explique par le fait que ces fonds investissent dans un éventail d’OPC gérés par plusieurs sociétés de gestion avec des stratégies d’investissement différentes.

On peut observer que la liquidité de ces fonds s’est accrue sur le dernier semestre. Les gestionnaires ont sans doute privilégié des actifs plus liquides afin de se prémunir contre les fluctuations sur les marchés financiers.

Liquidité moyenne pondérée des fonds de multigestion

Source : AMF

Liquidité moyenne pondérée des fonds de multigestion
Pour le 3ème trimestre 2014 : de 0 à 1 jour : 12, de 2 à 7 jours : 11, de 8 à 30 jours : 19, de 31 à 90 jours : 39, plus de 90 jours : 19
Pour le 4ème trimestre 2014 : de 0 à 1 jour : 10, de 2 à 7 jours : 15, de 8 à 30 jours : 23, de 31 à 90 jours : 31, plus de 90 jours : 20
Pour le 1er trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 17, de 2 à 7 jours : 9, de 8 à 30 jours : 25, de 31 à 90 jours : 30, plus de 90 jours : 18
Pour le 2ème trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 14, de 2 à 7 jours : 14, de 8 à 30 jours : 22, de 31 à 90 jours : 32, plus de 90 jours : 17
Pour le 3ème trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 11, de 2 à 7 jours : 13, de 8 à 30 jours : 21, de 31 à 90 jours : 35, plus de 90 jours : 20
Pour le 4ème trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 18, de 2 à 7 jours : 40, de 8 à 30 jours : 8, de 31 à 90 jours : 20, plus de 90 jours : 13
Pour le 1er trimestre 2016 : de 0 à 1 jour : 26, de 2 à 7 jours : 31, de 8 à 30 jours : 8, de 31 à 90 jours : 19, plus de 90 jours : 16

Actifs réels (Capital-investissement et Immobilier)

Sans surprise, on peut observer que la répartition reste stable et que les fonds de capital-investissement et les fonds immobiliers ont une faible liquidité. Pour ces fonds, la part des portefeuilles pouvant être liquidée à plus de 90 jours est importante et se situe à plus de 80%.

Liquidité moyenne pondérée des fonds de private equity

Source : AMF

Liquidité moyenne pondérée des fonds de private equity
Pour le 3ème trimestre 2014 : de 0 à 1 jour : 8, de 2 à 7 jours : 4, de 8 à 30 jours : 0, de 31 à 90 jours : 10, plus de 90 jours : 78
Pour le 4ème trimestre 2014 : de 0 à 1 jour : 9, de 2 à 7 jours : 6, de 8 à 30 jours : 1, de 31 à 90 jours : 4, plus de 90 jours : 80
Pour le 1er trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 9, de 2 à 7 jours : 6, de 8 à 30 jours : 1, de 31 à 90 jours : 4, plus de 90 jours : 80
Pour le 2ème trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 10, de 2 à 7 jours : 5, de 8 à 30 jours : 1, de 31 à 90 jours : 4, plus de 90 jours : 79
Pour le 3ème trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 15, de 2 à 7 jours : 5, de 8 à 30 jours : 1, de 31 à 90 jours : 3, plus de 90 jours : 75
Pour le 4ème trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 11, de 2 à 7 jours : 4, de 8 à 30 jours : 0,5, de 31 à 90 jours : 2, plus de 90 jours : 82
Pour le 1er trimestre 2016 : de 0 à 1 jour : 8, de 2 à 7 jours : 3, de 8 à 30 jours : 0,5, de 31 à 90 jours : 2, plus de 90 jours : 86

 

Liquidité moyenne pondérée des fonds immobiliers

Source : AMF

Liquidité moyenne pondérée des fonds immobiliers
Pour le 3ème trimestre 2014 : de 0 à 1 jour : 6, de 2 à 7 jours : 0,4, de 8 à 30 jours : 0,3, de 31 à 90 jours : 4, plus de 90 jours : 88
Pour le 4ème trimestre 2014 : de 0 à 1 jour : 5, de 2 à 7 jours : 1, de 8 à 30 jours : 0,3, de 31 à 90 jours : 2, plus de 90 jours : 87
Pour le 1er trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 6, de 2 à 7 jours : 1, de 8 à 30 jours : 1, de 31 à 90 jours : 2, plus de 90 jours : 90
Pour le 2ème trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 6, de 2 à 7 jours : 2, de 8 à 30 jours : 1, de 31 à 90 jours : 2, plus de 90 jours : 89
Pour le 3ème trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 7, de 2 à 7 jours : 2, de 8 à 30 jours : 1, de 31 à 90 jours : 2, plus de 90 jours : 88
Pour le 4ème trimestre 2015 : de 0 à 1 jour : 5, de 2 à 7 jours : 2, de 8 à 30 jours : 0,6, de 31 à 90 jours : 2, plus de 90 jours : 91
Pour le 1er trimestre 2016 : de 0 à 1 jour : 6, de 2 à 7 jours : 2, de 8 à 30 jours : 0,5, de 31 à 90 jours : 2, plus de 90 jours : 90

Source Dans le cadre du suivi du secteur de la gestion d’actifs pour le compte de tiers, l’AMF dispose des fiches de renseignements annuels transmises par les sociétés de gestion de portefeuille (SGP). Ces fiches contiennent des informations quantitatives sur les actifs gérés ainsi que sur les produits et les charges liés à l’activité de gestion pour le compte de tiers exercée en France. Ces informations permettent à la Division agréments et suivi de la Direction de la gestion d’actifs de l’AMF d’en faire des analyses. Depuis l’entrée en vigueur de la directive AIFM en juillet 2013, les gestionnaires de FIA européens sont, en outre, soumis à une nouvelle obligation de reporting. Les informations recueillies ont trait notamment à l’exposition des portefeuilles aux différents types de risques et sont collectées trimestriellement, semestriellement et/ou annuellement. Malgré tout le soin apporté à la compilation et au traitement des données et en tenant compte des fiches de renseignements reçues tardivement et des erreurs éventuelles de saisie, certaines inexactitudes peuvent subsister.

Les chiffres clés 2015 de la gestion d’actifs Chaque année, l’AMF publie une série de 5 articles intitulés « Les chiffres clés de la gestion d’actifs ». Ces publications sont disponibles depuis la rubrique Publications > Rapports, études & analyses > Épargne & prestataires du site internet de l’AMF. Les chiffres clés traitent des thèmes suivants : le panorama des sociétés de gestion, leurs profils, leurs encours sous gestion, leurs données financières et enfin, le dispositif de contrôle. Dans la foulée, une compilation de ces 5 publications, enrichie de données et tableaux complémentaires, est publiée.

Haut de page

Mentions légales :
Responsable de la publication : Le Directeur de la Direction de la communication de l'AMF
Contact : Direction de la communication, Autorité des marchés financiers - 17, place de la Bourse - 75082 Paris Cedex 02