Merci de désactiver le bloqueurs de pub pour visualiser cette vidéo.
30 avril 2021

Augmentations de capital : l'essentiel à savoir

Les entreprises se financent parfois via une augmentation de capital, en émettant de nouvelles actions, à laquelle les investisseurs peuvent participer. De quoi s'agit-il ? Quels en sont les inconvénients et les risques ?

L'augmentation de capital : qu'est-ce que c'est ?

Dans la vie d'une entreprise, il peut arriver que son activité nécessite de nouveaux financements. Outre le prêt bancaire et l'émission d'obligations qui obligent l'entreprise à payer des intérêts ou des coupons, une société peut émettre de nouvelles actions de manière à financer sa croissance. On parle alors d'augmentation de capital.

Cette opération doit être approuvée par les actionnaires réunis en assemblée générale extraordinaire. Il est donc important pour ces derniers de participer aux assemblées générales et d'exercer leur droit de vote. L'AMF s'assure du respect, par les sociétés cotées en bourse, du principe d'égalité d'accès à une information « exacte, précise et sincère ».

L'augmentation de capital permet de lever des fonds auprès des actionnaires ou d'investisseurs extérieurs. La finalité de cette opération n'est pas la même pour toutes les entreprises. Il peut s'agir d'un moyen pour la société de rembourser ses dettes, de développer son activité ou même de fidéliser ses salariés en leur distribuant des actions.

Comment participer à une augmentation de capital en pratique ?

Les augmentations de capital peuvent être de différents types. Toutes ne sont pas ouvertes. Si vous êtes actionnaire, vous pouvez bénéficier dans certains cas de droits préférentiels de souscription (DPS) qui vous permettront de maintenir votre pourcentage de participation dans l'entreprise si vous le souhaitez. Si vous ne souhaitez pas participer à cette augmentation, ces droits peuvent être négociés et cédés.

Lors de certaines augmentations de capital, le droit préférentiel de souscription est supprimé. Vous pourrez tout de même participer à l'augmentation de capital. Certaines entreprises mettent alors en place un délai de priorité pour les actionnaires.

Enfin, certaines augmentations de capital sont réservées à des investisseurs en particulier (salariés de l'entreprise, investisseurs institutionnels). Dans ce dernier cas, votre participation dans l'entreprise sera mécaniquement diluée, d'où l'importance de participer aux votes en assemblée générale.

Augmentations de capital : comment faire son choix ?

Prendre en compte le risque de dilution

illustration du mécanisme de dilution

S'intéresser aux projets de l'entreprise

Il est primordial de vous renseigner sur le type d'augmentation de capital prévu par la société et, surtout, de vous intéresser à ce que cette opération va permettre de financer.

En effet, selon le type de projet financé, l'impact sur le cours et sur votre investissement sera différent. Par exemple, le financement d'une nouvelle acquisition par l'entreprise peut permettre d'augmenter sa profitabilité ou sa croissance. Ainsi, même si vous choisissez de ne pas participer à l'opération, ce qui entraîne une dilution de votre participation, le dividende qui vous est versé pourrait augmenter.

Un actionnaire a donc tout intérêt à participer à l'opération s'il estime que le potentiel de hausse de l'action reste intéressant et s'il en a les capacités financières. Au contraire, s'il estime que l'opération va réduire son dividende (et donc la valeur de l'action), un actionnaire n'a aucun intérêt à participer. Il peut même décider de vendre ses actions.

De même, un investisseur qui ne détient pas encore l'action et qui s'interroge sur l'intérêt de souscrire doit se demander si le prix de l'action est bon marché ou non. C'est ce qui déterminera sa participation à l'opération.

Si vous participez à une augmentation de capital, vous choisissez d'accompagner l'entreprise dans son développement. L'AMF demande aux sociétés préparant une augmentation de capital de faire figurer dans leurs communiqués de presse et leur prospectus le cas échéant certaines informations, notamment  :

  • l'information « précise » concernant l'utilisation du capital levé,
  • les risques liés à l'opération ou à sa non-réalisation,
  • la décote (rabais sur le prix d'achat de la nouvelle action par rapport au cours de l'action de la société) consentie aux souscripteurs en fonction de chaque opération.

Lisez attentivement les communiqués de presse de la société et le prospectus, qui contient un résumé de 7 pages mis à disposition du public pour les opérations les plus significatives1.

[1] Offre au public de plus de 8 M€ et/ou admission d'actions sur un marché réglementé.